Un moment d’égarement

Un moment d’égarement

« Comment tu vis la chose ?
– Mal, évidemment. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Un moment d’égarement. »

Yves pressait ses mains l’une contre l’autre dans un mouvement réflexe.

« Tu sais, longtemps j’ai méprisé les gens qui se cachent derrière cette excuse bidon, « Je n’étais pas moi-même ». Et gna gna gna. Je me disais « Comment on peut ne pas être soi-même ? » On a toujours sa tête posée sur ses épaules, non ? On a toujours le même corps et le même esprit, non ? On est soi, quoi, un point c’est tout. »

Raphaël ne cherchait même pas à savoir s’il était d’accord. Les trois bières qu’il avait bues le ventre vide commençaient à lui tourner la tête. Quand on a bu, justement, ou quand on prend de la drogue, lui semblait-il, on n’avait ni vraiment le même corps ni vraiment le même esprit. Mais il se tut, trop détaché ou trop fatigué pour entamer l’une des joutes verbales dont Yves avait le secret.

« Et bien maintenant, je me retrouve de l’autre côté, tu vois. Du côté des loosers qui utilisent l’excuse bidon, et qui y croient, en plus de ça. Quand j’ai traversé la lande, que je suis venu m’asseoir au bord du vide, je te jure, quand j’avais les pieds qui pendaient et que je me disais « Je vais sauter, je vais le faire, putain, je vais le faire ! », et bien c’était comme si je flottais au-dessus de moi-même. C’était pas moi, qui était là, prêt à se laisser tomber de cinquante mètres de haut.
– Y a plutôt cent mètres…
– Si tu veux. La vache. Quand je pense que si y avait eu une bourrasque à ce moment-là tu me voyais pas ce soir… Ça me fout les poils. »

Il vida sa canette en repensant à cette soirée. L’engueulade pour des broutilles, comme d’habitude, et Agnès qui était venue le chercher par la peau du cou, qui l’avait tiré en arrière comme on sort un chat d’une baignoire où il a atterri sans le vouloir.

« On part vraiment en vrille quand on est ensemble », elle avait dit en lui mettant la baffe la plus sonore de sa vie.

« Mon Dieu que l’amour rend con, parfois. »

Raphaël s’était endormi sur le canapé.

« Elle va me manquer. »

el la plume 

Laisser un commentaire