Supplication de la femme-statue

Supplication de la femme-statue

Femme statueAoût 2015, musée des arts premiers.
Son regard se perd, s’accroche à celui de la sculpture qui se tient face à lui, petite, discrète. Pour un peu il lui verrait bouger les lèvres et tendre les bras pour le saisir par le cou et le convaincre de lui demander pardon. Comme une évidence, le voir la supplier, voilà ce que veut la femme-statue. Cent ans, mille ans, dix mille ans qu’elle réclame justice, égalité, reconnaissance pour toutes les femmes de la terre. Mais elle est prisonnière de la glaise froide et de la patine du temps, elle ne peut qu’offrir à la vue du passant son regard captivant, espérer qu’il déroute celui qui passera. Jamais celui qui est passé n’a compris son message. Jamais, jusqu’à ce jour. L’homme a le regard figé. Il s’embue tout à coup. C’est toute la peine de la féminité qui remonte soudainement de son âme vers ses yeux. Ses yeux coulent, ce sont des larmes de peine. Puis des larmes de joie. Celle de la femme-statue. Comprise, enfin, elle va pouvoir clore ses paupières et jouir du repos de la terre. L’homme sera le messager de sa supplication.

el la plume

 

Laisser un commentaire