Sortir de soi

Sortir de soi

Au commencement était le soi. Beaucoup d’encre pour trouver la consistance, se convaincre que non, sa propre histoire n’est pas dénuée de sens. On écrit en auto-référence, on se questionne, on se livre, avec franchise. Avec fébrilité, aussi. On parle de soi, convaincu de l’importance de l’exercice et des idées, convaincu aussi de leur insuffisance. Ce n’est pas qu’on a tout dit, mais on se sent peu à peu rassasié de parler de soi, de ses malheurs et ses bonheurs. On est rassasié de s’exposer tel quel, nu sous la crue lumière des mots.

Et c’est alors qu’il apparaît. Celui ou celle qui, désormais, prendra vie sous nos yeux, personnage imaginé qui se lèvera, marchera, dansera peut-être. Celui ou celle qui transporte un peu de nous-mêmes, mais ne l’est clairement pas. Celui ou celle que l’on met en scène, à qui l’on donne virtuellement la vie, et qui est là, dans nos oreilles.

On croit tout d’abord avoir la main sur lui. On le nomme, on le situe, on l’oriente. On lui fait vivre des rencontres. Mais bientôt, il se détache, et l’on doit composer avec ce qu’il est devenu. Ce qui doit lui arriver lui arrive, il affirme qui il est. De production, le personnage devient le guide de la main qui écrit. Il crie, silencieux : « Voies ce que tu as fait de moi, je ne suis pas un autre, je ne peux penser ceci ou faire cela, car cela ne me ressemble pas. »

Il faut suivre. Sans fermer les portes de la liberté. Il faut co-produire avec ce nouvel être d’encre et de papier, de sueur et de larmes. Il faut lui prendre la main, et il devient le messager de qui l’on est, et de bien plus encore. Il incarne tous ceux que l’on a croisés, tous ceux qui nous on marqués, tout ce que l’on a vécu et que l’on ne vivra jamais.

L’écriture prend une autre dimension. La fiction s’invite à la table, et le sentiment, serein, de ne plus être sous le feu des projecteurs. On lui souhaite le meilleur, à cet être fictif, sans pour autant être dupe. Il lui arrivera des coups durs, des errances. Il se trompera, sera trompé ; il tombera, se relèvera.

Et tout ce qu’on espère, c’est qu’il rencontrera le lecteur et le fera vibrer. Qu’il lui fera sentir qu’il n’est pas vraiment seul.

sortir_de_soi_vf

Laisser un commentaire