Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant

Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant

Ce poème a une composition particulière, qui fait de lui un « rondel », appelé aussi « rondeau ». Il est formé de trois strophes : deux quatrains puis un quintil, avec un jeu de répétitions de vers que je vous laisse deviner !


Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant,

C’est celui des moments que l’on n’oublie jamais.

L’odeur de ta peau sous le sable brûlant,

C’est celle des espérances que nous offre la paix.


Le ciel ne gronde plus et l’orage a passé,

Le soleil à nouveau pèse mes yeux plissés,

Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant,

C’est celui des moments que l’on n’oublie jamais.


Les cris apeurés dans ma tête affamée,

Mes talons meurtris sous le choc des pavés,

Ont été emportés par les embruns pleurants,

Et il est revenu, le temps où je trouvais,

Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant.

ellaplume

Laisser un commentaire