Archives de
Catégorie : Textes courts

Impressions, histoires courtes, croquis de l’instant à la plume ; en atelier, dans le métro, le matin au réveil, ou simplement quand l’inspiration pointe le bout de son nez… Voici des textes rapides à lire, à déguster comme des friandises !

(re)nouer

(re)nouer

 Scène 1 : Un homme marche sur une plage, au soleil couchant, les mains jointes dans le dos, courbé. Il semble nerveux. Georges, plaintif : Mais diable, où est-il ? Ses pieds sont nus. De temps en temps, il dégage du sable du bout de son pied droit et se penche en avant en plissant les yeux, grogne ou hausse les épaules, puis replace le sable. Un petit garçon entre en scène. Il boite. Il porte une salopette à même la…

Lire la suite Lire la suite

La honte des nuages

La honte des nuages

Un matin, je me suis levée et le ciel était pur comme jamais je ne l’avais vu. Malgré l’heure matinale, le soleil illuminait la terrasse et les œillets d’Inde que maman avait plantés au fond de mon jardin au début du printemps. Le jaune-orangé de leurs pétales se détachait dans le paysage comme des touches de peinture vive sur une toile impressionniste. J’ai le souvenir d’une journée qui est passée très vite, l’une de ces journées où je me délectais…

Lire la suite Lire la suite

La tarte aux abricots

La tarte aux abricots

(Extrait de mon dernier roman : Il fallait qu’ils soient fous, ou qu’ils aient perdu pied) Un après-midi de juillet, Edmond vint s’asseoir dans la cuisine. Il croisa ses bras et les posa sur la table devant lui. Il voyait Agathe de dos. Elle préparait une tarte aux abricots. Ce qui le peinait le plus avec la surdité, c’était de ne plus entendre son Agathe-délicate chantonner en faisant la cuisine, comme elle avait toujours eu l’habitude de le faire. Elle…

Lire la suite Lire la suite

Une place pleine d’amour et d’oiseaux rieurs

Une place pleine d’amour et d’oiseaux rieurs

Ouvrir par le souvenir une porte sur une enfance multicolore. Accéder à soi et à sa complétude, une plume et des feutres jamais bien loin. Prendre soin de sa créativité gloutonne qui se nourrit de tout, de la nature, du beau, du laid et du dérangeant. Oser lui laisser une place dans son coeur, pleine d’amour et d’oiseaux rieurs. Et tellement de couleurs. ellaplume

Rencontre fortuite

Rencontre fortuite

Vous y êtes allé fort sur l’after shave ! C’est la première chose qu’elle m’a dite. Elle attendait son tour à la caisse du supermarché, moi j’arrivais à peine pour déposer mes achats, et elle m’a sorti ça comme ça, grand sourire. J’ai eu le choix entre la prendre pour une folle, et la trouver agréablement naturelle. Oh, pardon ! Je suis un peu trop directe, parfois, désolée. C’est juste que je suis sensible aux odeurs… J’ai décidé de la…

Lire la suite Lire la suite

Un secret en mille morceaux

Un secret en mille morceaux

Je vais te confier un secret… Cette grande maison sur le bord de la route, qui laisse flotter à tous les vents son air abandonné, si tu regardes bien, tu verras qu’elle ne l’est pas. La bête au fond de toi, avec ses yeux orange qui te font si peur, scintillants, inquiétants, si tu regardes bien, tu verras que c’est pour t’éclairer qu’ils sont arrivés là. Ose rester atypique, ne crains jamais de t’égarer. Avec le temps, l’ombre finit inlassablement…

Lire la suite Lire la suite

La fête est finie

La fête est finie

La fête est finie, les confettis s’envolent au gré du vent, par-delà les pavés, par-delà les murets. La mariée s’est envolée elle aussi, légère comme un ballon d’air, par-delà les contrées, par-delà les vallées. Les confettis en transparence s’accrochent aux pierres de granit, aux lichens, et mon esprit s’envole, s’accroche, anicroche, fatigué, lourd, il retombe. Le soleil sur les pavés, c’est la fin de la journée, le bruit de la fontaine, incessant, aura raison de la soirée. Moineaux, pigeons et…

Lire la suite Lire la suite

La joueuse de flûte

La joueuse de flûte

Elle est assise sur une chaise pliante en tissu, l’une de ces chaises de camping que l’on peut sans effort glisser dans un grand sac ou un caddie. Elle se tient droite, elle est petite, sans doute âgée car ses cheveux sont gris, mais les traits de son visage sont encore fins et lisses. Elle tient entre ses doigts une longue flûte à bec. Son bois verni luit au soleil de cette fin de juin. Elle a placé la flûte…

Lire la suite Lire la suite

Le porte-manteau, le perroquet et la vie

Le porte-manteau, le perroquet et la vie

Un jour, j’ai terminé mon premier album, bouclé, sauvegardé, uploadé sur mon site et même envoyé à diverses maisons de production. Et il s’en est suivi… un grand vide. J’avais beau lire et relire, concentré, les notes griffonnées dans mes carnets, ces notes prises alors que je suais sang et eau sur mes compos, des idées d’arrangements et de mélodies que je n’avais ni le temps ni l’espace de traiter, rien à faire, pas la trace d’une bonne idée. Ça…

Lire la suite Lire la suite

Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant

Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant

Ce poème a une composition particulière, qui fait de lui un « rondel », appelé aussi « rondeau ». Il est formé de trois strophes : deux quatrains puis un quintil, avec un jeu de répétitions de vers que je vous laisse deviner ! Le goût que la mer a posé sur tes cils en séchant, C’est celui des moments que l’on n’oublie jamais. L’odeur de ta peau sous le sable brûlant, C’est celle des espérances que nous offre la paix. Le ciel ne…

Lire la suite Lire la suite