Ça crie dans mes oreilles

Ça crie dans mes oreilles

L’appartement est plongé dans le silence. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. « Range-moi c’fauteuil ! Pas possible de l’laisser traîner là, au milieu du couloir ! » C’est comme une alarme qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. La théière se met à siffler. C’est comme une sirène qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. Le téléphone sonne sur le guéridon de l’entrée. C’est comme un cri qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. Je sors.

el la plume

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.