Ça crie dans mes oreilles

Ça crie dans mes oreilles

L’appartement est plongé dans le silence. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. « Range-moi c’fauteuil ! Pas possible de l’laisser traîner là, au milieu du couloir ! » C’est comme une alarme qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. La théière se met à siffler. C’est comme une sirène qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. Le téléphone sonne sur le guéridon de l’entrée. C’est comme un cri qui résonne à mes oreilles. Je me fige. J’attends. Puis le silence revient. Aussi lourd. Aussi sourd. Je me déplace à pas feutrés, je glisse sur le parquet. Je sors.

el la plume

Laisser un commentaire